La petite histoire…

C’est l’amour des chiens qui remonte à ma petite enfance et une admiration de toujours pour les boxers qui se transforme en passion, en 2003, avec l’arrivée de Quéros von Poptime, de chez Irma Halter.

Premier chiot boxer, tout mignon tout précieux, il m’a appris à mieux connaître la race avec son caractère bien trempé, son exubérance et son cœur d’or.
Avec lui, j’ai suivi assidûment les cours d’éducation au Boxer Club Vaud où j’ai rencontré les éleveurs romands et d’autres propriétaires. Ambiance conviviale, partage du savoir, conseils et anecdotes, de là sont nées de belles et solides amitiés.
Toujours très intéressée par le travail des éleveurs, j’ai mieux réalisé à leur contact toutes les exigences requises pour élever des chiots sains et équilibrés. J’ai vu leur joie mais aussi leur peine lors de problème.

Mon Quéros se révélant parfait au niveau santé et caractère, il fut sélectionné comme mâle reproducteur. Juste quelques saillies mais j’ai toujours plaisir à voir sa petite descendance en exposition, certes de plus en plus lointaine et diluée.
Cette expérience m’a encore plus rapprochée du monde du boxer et ma décision de créer mon élevage a été prise.

C’est donc en 2005 que nous rejoint Duane du Boika, de chez Rosy Moosmann, remplissant mon cœur de bonheur et ma tête de rêves. J’ai un grand feeling avec cette chienne très sociable, tellement joueuse et docile. Ses examens de santé pour l’élevage, à l’âge d’un an, sont très bons et nous commençons tranquillement la construction du chenil et du parc aux normes exigées.

Puis arrive l’impensable, un accident dramatique et choquant qui nous l’enlève à l’âge de 16 mois. Mon mari, mon fils et moi sommes les trois en larmes et je vis les jours suivants dans un état second.

Duane donnera son nom à mon élevage, MADUANE, son souvenir m’accompagnera dans mon objectif.

Presque immédiatement et car la vie continue, je choisis d’acquérir Happy du Boika, dite Bimbo. Les premières semaines ne sont pas faciles tant l’esprit de Duane est présent, mais les liens se tissent, cela s’arrange et la complicité s’installe.
On recommence tout: éducation, examens du coeur, dysplasie, tests de caractère et standard pour l’aptitude à l’élevage. Tout est bon mais… Bimbo maigrit, boit plus que de raison, contrôle vétérinaire et le verdict tombe: une maladie rénale a détruit ses reins. A 3 ans et demi, nous abrégeons ses souffrances.

Cette fois c’est trop de chagrin, trop de tristesse, trop de malchance, trop de tout. J’abandonne mon rêve.

Quéros est là, toujours en demande d’affection, il sait combler les vides. Les années passent, son museau grisonne, il a la sagesse de la maturité.

Nous accueillons alors Shaïna, 2 ans et demi, magnifique cadeau de mon amie Suzanne Rochat , élevage de Castel Vegney.

L’année suivante, Quéros nous quitte, 10 ans de vie commune, de bonheur et d’expériences partagées ne s’oublieront jamais.

Mais voilà, cette envie profonde d’élevage me taraude, mijote toujours au fond de moi et poursuit son chemin. Et c’est reparti, je tombe sous le charme d’une petite chienne bringée dès les premières photos, j’ai la chance de pouvoir la voir très tôt et de choisir son nom: Noleen !
Avec Noleen de Castel Vegney commence l’aventure…